• Le 12 octobre 2018
    De 19:30 à 21:00
    Campus centre ville
    IUT Nantes, 3 rue du Maréchal Joffre à Nantes - Amphi 4
  • 19h30
    Entrée libre

Dans le cadre de son cycle de conférences "Science et Citoyen", l'IUT accueille Pauline Maisonnasse, docteure en immunologie. pour une conférence publique organisée en partenariat avec l’association ANAIS AFIS.

Pauline MaisonnasseVACCINS : Succès de santé publique ou poison ?
Pauline MAISONNASSE | Docteure en immunologie. Chercheuse dans l'unité IDMIT au CEA de Fontenay-aux-Roses)
Présentatrice de la chaîne Youtube Un peu pointu

Qui n’a pas entendu parler du « danger des vaccins » ? En France, les autorités publiques ont décidé que l'obligation vaccinale, pour les enfants nés à partir de 2018 devant entrer en crèche ou à l’école, porterait désormais sur 11 vaccins. Pourquoi une telle obligation et pourquoi 11 vaccins ? En Italie, tout récemment, les autorités publiques qui avaient décidé en 2017 de mettre en place une semblable obligation de vaccination infantile (pour 10 vaccins), ont finalement repoussé d’un an l’entrée en vigueur et annoncent de nouveaux débats législatifs. Tout cela sur fond de campagnes « antivaccins », qui cherchent à occuper l’espace médiatique officiel et les réseaux sociaux, dans tous les pays concernés. Que doit-on en penser ? Mais d’abord, qu’est-ce qu’un vaccin ? Comment agit-il ? Quel est le rôle des « adjuvants » dans les vaccins actuels, qui sont tout particulièrement la cible des critiques « antivaccins ». Y –t-il des raisons scientifiquement établies de se défier des vaccins, notamment en France ?

Pauline MAISONNASSE, qui a déjà présenté ce débat lors de conférences publiques et sur la chaîne YouTube "Un Peu Pointu", s’attachera à expliquer l'origine de cette obligation vaccinale et ses effets, mais non sans prendre soin d’abord d’examiner les principaux arguments « antivaccins » et de répondre à toutes les questions qui lui seront soumises, dans la tradition de libre débat qui est celle de l’AFIS et de sa revue,  "Science et pseudo-sciences".