• Le 21 décembre 2017

Face à une consommation énergétique de plus en plus importante, la recherche d'alternatives aux énergies fossiles est devenue en quelques années une priorité et un enjeu de société majeur pour l'avenir de notre planète. Dans le contexte actuel de transition énergétique, l'Institut des Matériaux Jean Rouxel (IMN – Université de Nantes – CNRS) est associé depuis 2015 à la société ARMOR pour apporter une réponse concertée aux problématiques liées aux nouvelles énergies renouvelables. L'Agence Nationale de la Recherche a récemment renouvelé le soutien financier de ce LabCom jusqu'en 2019.

Si certaines solutions pour compenser notre consommation en énergies fossiles existent déjà (photovoltaïque, batterie au lithium,...), la question de leurs performances et de leur coût de production restent pour beaucoup encore aujourd'hui un frein à leur développement et à leur utilisation dans notre quotidien. "L'idée de ce "LabCom" (Laboratoire Commun) est justement d'apporter des réponses concrètes à ces questions par le développement de nouveaux projets, de nouvelles innovations, par un partenariat laboratoire-entreprise, notamment dans les domaines du stockage de l'énergie et des films photovoltaïques", explique Guy Ouvrard, directeur de l'Institut des Matériaux Jean Rouxel (IMN).

Depuis 3 ans, les chercheurs nantais de l'IMN et les équipes de la société ARMOR mettent en commun leurs expertises afin de travailler ensemble sur des projets innovants touchant à des thématiques de pointe et d'avenir (photobatteries, nouveaux conducteurs transparents...). Au cœur de ce LabCom unique en son genre, l'IMN, dont l'énergie est l'un de ses sujets phares de recherche, apporte plus particulièrement ses compétences mondialement reconnues dans l'élaboration et la caractérisation des matériaux. Des compétences utilisées par la société ARMOR pour améliorer les procédés de fabrication, optimiser leurs performances et réduire les coûts de nouvelles batteries et supercondensateurs. L'objectif est clair : faire avancer conjointement la science tout en jouant un rôle clé dans la transition énergétique.